Falabella Collection

Fallabella-Logo2

Falabella Collection

En 1991, Lord et Lady Fisher, de Kilverstone, à Norfolk (Angleterre), ont décidé de fermer leur Réserve Naturelle de Kilverstone. Depuis la fin des années 1970, ce parc avait attiré de grandes quantités de visiteurs en raison de son attraction principale, son troupeau de Chevaux Miniatures Falabella.

Ces chevaux, provenant d’un étalon trouvé en Argentine, ont la caractéristique unique et naturelle (il s’agit d’un gène dominant) d’engendrer des répliques de plus en plus petites de chevaux de grande taille. Ce ne sont absolument pas des poneys mais des chevaux miniatures parfaitement proportionnés. Le mystère qui entoure ces animaux précieux, leur élégance et leur sophistication explique en partie le succès considérable qu’ils ont eu auprès du public.

migueljuan

Lord et Lady Fisher ont décidé de vendre l’un des joyaux de leur Collection de Falabellas “L’Heritage de Lord et Lady Fisher” à notre écurie et nous avons ainsi également acquis, pour reprendre leurs propres mots ‘leur plus bel Étalon Appaloosa “Pegasus”‘. Les Falabellas arrivèrent au Pays-Bas à la Noël 1991.

felipepablito2

Introduction

Depuis la fin des années 1970, ce parc avait attiré de nombreux visiteurs en raison de son attraction principale, son troupeau de Falabella, les fameux chevaux miniatures.

Ces chevaux, provenant d’un étalon originaire d’Argentine, ont la caractéristique unique (il s’agit d’un gène dominant) d’engendrer naturelle (il s’agit d’un gène dominant)des répliques de plus en plus petites de chevaux de grande taille.

Ce ne sont pas des poneys mais des chevaux miniatures parfaitement proportionnés. Le mystère qui entoure ces animaux précieux, leur élégance et leur sophistication explique en partie le succès considérable qu’ils ont eu auprès du public. Lord et Lady Fisher ont décidé de vendre l’un des joyaux de leur Collection de Falabellas, “L’Heritage de Lord et Lady Fisher”, à notre écurie. Nous avons ainsi également acquis, pour reprendre leurs propres mots, ‘leur plus bel Étalon Appaloosa “Pegasus”‘. Les Falabellas arrivèrent aux Pays-Bas lors des fêtes de Noël de 1991.

 Stoeterij In ‘t Groene Hout/GreenWoods Stud

lady-lord-letter
lady-lord-letter-2
“Extraits de la lettre”

Nous considérons Pegasus (figurant en pleine page dans l’ouvrage de référence intitulé “The Ultimate Horse”) comme étant le plus beau de tous les Étalons Miniature Appaloosa éxistant dans le monde entier. Il s’agit du fils de Menelek (importé en 1978), qui était l’Étalon primé du Señor Falabella et le « Roi » de son troupeau.

Pegasus sera le « Roi » de votre troupeau qui comprend les juments:

Isabella of Kilvenstone
Dominica of Kilvenstone
Michela of Kilvenstone
Thimble of Kilvenstone
Angelica of Kilvenstone
Tierre del Fuego of Kilvenstone

ainsi que les jeunes pouliches:

Elizabeth of Kilvenstone
Francesca of Kilvenstone

vous possèderez également 5 jeunes poulains:

Bay Rum of Kilvenstone
Black Knight of Kilvenstone
Rehpe of Kilvenstone
Lightening of Kilvenstone
Newmarket of Kilvenstone

et le poulain plus âgé:

San Miguel of Kilvenstone

 

lesquelles constitueront la base de “ l’Heritage de Lord et Lady Fisher”. Ils formeront le premier Haras professionnel de Falabellas en Europe continentale.

Nous consentons à ce que vous les appeliez les Falabellas de Lord et Lady Fisher et que vous les enregistriez sous ce nom. Nous sommes également d’accord pour que vous appeliez votre élevage de Falabellas : ” Les Falabellas de GreenWoods, Héritage de Lord et Lady Fisher”

Il s’agit du nombre le plus élevé de Chevaux Miniatures Falabellas que nous avons vendus à qui que ce soit et je vous envoie avec cette lettre quelques notes que nous avons prises concernant leur origine au ranch Falabella en Argentine et l’expérience que nous en avons reçu depuis qu’ils sont ici, à Kilverstone.

Je suis sûr qu’ils vous apporteront un grand bonheur et beaucoup de plaisir. Veuillez agréer l’expression de mes meilleurs sentiments,

Lord Fisher               Lady Rosamund Fisher

 

Kilverstone, Décembre 18 1991

Memorandum

Les Falabellas de Greenwoods, Héritage de Lord et Lady Fisher

Étant donné que vous poursuivez notre programme d’élevage des Falabellas, nous souhaitons vous communiquer les renseignements suivants.

C’est en Février 1977 que nous sommes enfin arrivés au ranch du Señor Falabella en Argentine et que nous avons pu voir pour la première fois ces légendaires chevaux miniatures.

Peu après que nous ayons fondé notre Réserve Naturelle à Kilverstone, j’ai entendu parler des chevaux miniatures Falabellas et, intéressé, j’ai cherché à m’informer, mais il était clair que personne ne savait grand-chose à leur sujet. La race des Falabellas provient exclusivement du ranch du Señor Falabella en Argentine. Différant des Shetlands, qui sont de petits poneys, les Falabellas sont de véritables chevaux miniatures résultant d’un élevage sélectif de la race Falabella. Je pense personnellement que le plus intéressant chez les Falabellas n’est pas tellement leur petite taille mais les proportions parfaites qui en font de vrais petits chevaux miniatures. C’est comme si l’on voyait un pur-sang Arabe ou un Hunter élevé par des Lilliputiens ! Ce sont des modèles merveilleusement miniaturisés dans le respect absolu des proportions.

II n’y a aucune confusion possible entre eux et les poneys Shetland. Les Shetlands ont une tête normale et un corps épais avec des pattes courtes et les canons des jambes particulièrement courts.

Pour leur taille, les Shetlands sont la plus forte de toutes les races équines. On en a vu porter un couple sur une distance de 26 kilomètres, ou porter un homme de 76 kilos sur une distance de 64 kilomètres en une journée. Tandis que les Falabellas ont les os des jambes très fins, de très petits pieds, parfaitement proportionnés à leur corps et on ne peut les monter. Ils ont des caractéristiques inhabituelles dont je parlerai ultérieurement.

Pegasus
 

Quelques grandes histoires de petits chevaux.

J’espérais apprendre du Señor Falabella la véritable histoire de l’origine de cette race, car j’en avais déjà entendu plusieurs versions assez différentes. Selon l’une d’entre elles, une troupe de chevaux s’était trouvée bloquée et isolée dans un profond canyon par un glissement de terrain. Pour subsister, les chevaux n’avaient disposé pour toute nourriture que de cactus, et après plusieurs générations, ils étaient devenus de plus en plus petits. Dans cette version, des membres de la famille Falabella les auraient découverts là et les auraient hissés avec des cordes hors du canyon pour les ramener à leur ranch. Cette histoire semblait crédible, car un tel évènement était déjà arrivé à un troupeau des vaches d’Herefords égaré dans les Montagnes Rocheuses. Quand quelques années plus tard, la descendance de ce groupe avait été retrouvé, les bêtes avaient rapetissé et étaient devenues très affaiblies du manque de nourriture et de l’absence de certains sels minéraux. Cette version ne rendait pas compte du fait que disposant de nouveau d’une nourriture abondante, les petits chevaux survivants aient continués à engendrer des bêtes encore plus petites.

Un Argentin me raconta que le chef des Indiens Cayak avait transmis à la famille Falabella le secret de l’élevage de ces chevaux miniature. Connaissant le caractère belliqueux des Indiens de la région et le goût qu’ils avaient pour les chevaux de combat, je n’ai pas prêté foi à cette histoire.

Ultérieurement, j’ai entendu plusieurs autres versions de l’histoire d’isolement. L’une d’entre elles rapportait que les chevaux avaient été découverts dans une mystérieuse vallée des Andes, une sorte de ShangriLa où tout, y compris les plantes, était petit et différent! Selon une autre, le grand-père de l’actuel Señor Falabella envoyait un troupeau de chevaux pur-sang dans une région particulièrement exposée aux vents et désolée de la Patagonie et il les y oublia. Quelques années plus tard, ses petits-enfants se souvenaient soudainement de leur existence et sont partis à leur recherche. On raconte qu’ils n’ont alors découvert que de minuscules chevaux.Apparemment, seuls les plus petits avaient survécu en se nourrissant des maigres broussailles de la contrée. C’était bien peu probable, mais était-ce tout-à-fait impossible? La moins vraisemblable de toutes ces histoires me fut racontée par un Australien. Celui-ci m’a relaté des propos qu’il avait lui-même entendus, que la famille Falabella avait à une certaine époque, employé de nombreux Japonais sur le ranch et que c’était eux qui avaient réussi, de manière au d’autre, à réduire la taille des chevaux. Sachant que les Japonais produisaient des bonsaïs dans des pots en taillant leurs racines, j’avais des visions de gens s’affairant autour des chevaux, leur rognant les pieds et les introduisant de force dans de petites chaussures! Je ne sais quelle peut être l’origine de toutes ces légendes, car la véritable histoire de leur origine, telle qu’elle me fut rapportée par le Señor Julio Cesar Falabella, le petit-fils du fondateur de la race, est encore plus fascinante.

lady-lord

L’Histoire de la race des Falabellas, telle qu’elle nous fut contée par le petit-fils de son fondateur.

Au siècle dernier subsistaient dans certaines régions du Chili et d’Argentine des tribus d’lndiens nomades que même les Espagnols n’étaient pas arrivés à soumettre. Ils haïssaient l’homme blanc et menaient des attaques incessantes contre les colons. Ils faisaient périodiquement des descentes sur les ranchs, brûlant, pillant et massacrant tout ce qu’ils trouvaient, emportant des prisonniers et volant le bétail qu’ils revendaient par la suite. Leurs prisonniers étaient atrocement maltraités et bien peu survivaient à ces raids. L’un des tous premiers colons était le grand-père maternel du Señor Falabella, un Irlandais du nom de Newton, qui avait une longue expérience et une profonde compréhension des chevaux. Sur la rivière qui traversait ses terres, il avait construit un moulin à eau, qu’il remplissait de pierres tous les soirs, de sorte à générer un vacarme s’entendant à des milles à la ronde. Les Indiens, profondément superstitieux, le prenaient pour une sorte de puissant magicien et ils évitaient de se trouver à proximité de son ranch.

II y avait un gué en contrebas de la maison, qui était le seul endroit accessible où pouvaient venir s’abreuver les chevaux et autres animaux de la région. Ils étaient parfois encore sellés ou attelés à des chariots dont les sièges ensanglantés témoignaient des attaques qu’ils venaient de subir de la part des Indiens. C’est pourquoi le Señor Newton se montrait très attentif à toute la vie des animaux qui fréquentaient le gué. Un jour apparut à la rivière un petit cheval très différent de tout ce qu’il avait vu jusqu’alors. Ce minuscule cheval semblait atteint de ce que les Espagnols appellent “le nanisme”, mais en vérité, ce n’était pas le cas. En effet, ce n’était pas un nain mais un cheval miniature parfaitement proportionné. Le Señor Newton fut fasciné par ce petit étalon, il décida de le garder et de lui faire engendrer des chevaux miniatures pour sa fille, la mère de l’éleveur actuel. C’est le rejeton de cet étalon qui fonda la race miniature des Falabellas. Personne ne connait l’histoire de ce premier étalon, ni à qui il pouvait appartenir, ni d’où il venait, et surtout comment il était arrivé à cette taille; tout cela demeurera à jamais un mystère.

Au ranch Falabella, il y a des petits chevaux de toutes dimensions, mais seuls quelques-uns sont de véritables miniatures. Cela peut prendre plusieurs générations pour arriver à produire les plus petits d’entre eux. Les Falabellas sont porteurs d’un gène dominant qui a pour effet de réduire chez les descendants la taille de tout cheval avec lequel on les croise. Ils ont en eux le sang de plusieurs races différentes et toutes les sortes de robes, des bais aux rouans en passant par les pies, les pommelés etc. les plus rares demeurant les tachetés.

Dès le premier instant où j’ai entendu parler des Falabellas, j’ai eu le désir d’en élever à Kilverstone. Je n’étais, toutefois, pas très optimiste quant à mes chances de succès, car les premières tentatives que nous fîmes pour en obtenir n’avaient donné aucun résultat. À présent que nous étions en contactavec le Señor Falabella, les perspectives semblaient meilleures et je n’envisageais même pas l’éventualité de quitter l’Argentine sans emmener quelques-uns de ces ravissants petits chevaux. Bien que le ranch en ait possédé une grande quantité, les quelques 400 chevaux que nous vîmes d’abord étaient beaucoup trop grands et nous étions extrêmement déçus d’être venus de si loin pour découvrir qu’ils n’étaient pas réellement petits. Mais, bien entendu, cela demande plusieurs générations pour arriver à les élever jusqu’à ce qu’ils parviennent à la très petite taille voulue.

lord-lady-falabella

On nous emmena voir “Menelek” (le père de “Pegasus”), l’étalon tâcheté primé du Señor Falabella. J’étais tombé amoureux d’une photo de lui quand il était encore un poulain de moins d’un an. Le Señor Falabella m’avait dit qu’il était prêt à me le céder et nous sommes allés le voir. Il était en train de galoper avec quelques autres Appaloosa tachetés de 152 cm dont il descendait. Voilà la raison pour laquelle les Falabellas sont des répliques parfaitement proportionnées de races plus grandes. Ils sont d’abord croisés avec ces races, mais cela prend par la suite plusieurs générations d’élevage et de sé1ection pour arriver à les fixer à la taille miniature. C’est ainsi que toutes les robes différentes sont obtenues à partir de croisements avec leurs cousins plus développés.

Aussi le grand troupeau de 400 têtes n’était qu’un stade intermédiaire. Ils ne pouvaient engendrer les véritables miniatures recherchées que si l’on croisait le bon étalon avec la jument qui convenait.

Les Falabellas sont une race en cours d’évolution même à l’heure actuelle, et même si la famille Falabella en élève depuis plus de 130 ans, elle les fait se reproduire avec cette méthode assez aléatoire qui consiste à laisser les étalons choisir leurs propres compagnes dans un troupeau de plusieurs centaines d’individus.

Le Señor Falabella nous a emmenés voir trois petits troupeaux. Le premier était composé d’une quinzaine de petites juments avec un minuscule étalon, puis un autre groupe d’une trentaine d’individus parfaitement standard et enfin une trentaine de très petits chevaux. Il m’a dit de choisir ce que je voulais. J’ai choisi 4 etalons et un certain nombre de juments qui ont formé la base de notre elevage à Kilverstone. Nous avons mené un programme de sélection extrêmement soigneux, n’accouplant que les meilleurs étalons aux juments les plus petites et, dans l’ensemble, nous avons toujours obtenu des descendants plus petits que leurs parents.

C’est toujours à contre-coeur que le Señor Falabella s’était séparé de ses petits chefs-d’oeuvre et, par le passé, il avait toujours fait castrer les étalons et ligaturer les femelles avant de les vendre. De fait, cela ne s’était produit que très rarement et le President Kennedy, dont la famille avait été fascinée par ces chevaux, n’avait pu obtenir qu’une jument et un hongre. Heureusement pour lui, nous avons appris que la jument, à l’insu du Señor Falabella, était pleine, et qu’il avait donc obtenu un poulain. Après avoir visité les nombreux enclos que nous montra notre hôte, nous lui avons fait part de notre intention de développer un haras de ces chevaux miniature en Europe et d’être les premiers à le faire.

falabella-lord

Notre haras de Chevaux Miniatures à Kilverstone

À notre grande joie, il accepta de nous vendre quatre étalons et quelques juments, tous de la taille la plus réduite et comprenant certaines des robes les plus rares. Trois semaines plus tard, nos chevaux miniatures arrivaient en Grande Bretagne où ils firent sensation. Jusqu’à récemment, les Falabellas étaient bien installés et leur élevage se poursuivait à Kilverstone.

Le public pouvait les visiter toute l’année et l’on pouvait les voir aussi bien dans leurs enclos que dans des écuries conçues pour permettre le passage des gens sans que les animaux soient dérangés. En été, nous avions tous les jours un spectacle de sauts où ils s’exposaient. Ils voyageaient à travers tout le pays et parfois à l’étranger pour passer avec nous dans des émissions de télévision et des spectacles de charité. Quoi qu’il en soit, nous n’étions pas les seuls à les apprécier en particulier pour tout ce qu’ils nous apprenaient sur leur race hors du commun.

Newmarket, qui est le centre mondial des courses de chevaux et de l’élevage de pur-sang, n’est pas loin de Kilverstone. C’est là qu’est basé le célèbre Centre de Recherche Equine [Equine Research Station], dont les chercheurs s’intéressèrent vivement à nos chevaux miniatures. Pour la première fois, des chercheurs de la Station ont eu l’occasion de prendre des photos aux rayons X de tous les organes internes d’un cheval.Les pur-sang de taille normale et même les poneys sont trop épais pour laisser apparaître clairement ces organes sur des épreuves radio, alors que le corps beaucoup plus petit et étroit des Falabellas rendait enfin une telle chose possible.

Une autre étude fut menée par des chercheurs qui observèrent le comportement, la santé et la physiologie du troupeau dans son ensemble. II est rarement possible d’étudier des données telles que la température interne du corps pendant toute la journée et tous les jours dans un large groupe de chevaux menant une vie variée en liberté. Ceci fut réalisé à Kilverstone et il fut surprenant de découvrir à quel point la température du corps des chevaux peut varier pendant la journée et d’un jour à l’autre.

queen

De quoi ont-ils besoin ?

Les chevaux miniatures Falabellas ont à peu près les mêmes besoins que les chevaux d’une taille normale, mais en moins grande quantité.

Un demi-hectare de pâturage est suffisant pour deux chevaux miniatures.

Il est possible d’en élever un dans une cour suffisamment grande si on le nourrit convenablement.

Une balle de foin dure en moyenne un mois et un demi-kilo environ de nourriture commerciale de bonne qualité pour 50 kilos de poids constitue une ration quotidienne convenable pour un cheval à l’écurie.

Si on les garde dans un endroit peu spacieux, il faut les emmener se promener régulièrement (comme pour un chien).

Mais s’ils disposent d’assez d’espace pour pouvoir courir et donner de bonnes ruades, ils ont alors tout l’exercice dont ils ont besoin.

Dès que des individus sont regroupés en assez grande quantité, il y a le risque qu’ils se transmettent maladies ou parasites. Les soins de santé à Kilverstone étaient essentiellement préventifs, nous avons essayé de prévenir les refroidissements et les infections respiratoires en assurant une ventilation et un chauffage réguliers dans les stalles. Tous les chevaux étaient périodiquement vaccinés contre la grippe et le tétanos. Ils étaient purgés contre les vers toutes les six semaines et, en outre, les pâtures étaient soigneusement entretenues. Les enclos étaient quotidiennement nettoyés de tout le crottin et le pâturage était organisé par rotation. Nous avons ainsi évité l’implantation de parasites dans la végétation ou l’infestation des animaux eux-mêmes.

À Kilverstone, nous avons croisé nos étalons avec des juments de races plus grandes pour produire des miniatures. Parmi les races choisies jusqu’ici figurent les Arabes et aussi un Shire. Bien entendu, nos étalons ne pouvaient pas s’accoupler directement avec ces juments de grandes dimensions et la fertilisation était réalisée par insémination artificielle (I.A.). L’apparence du poulain est jusqu’à un certain point liée au physique de ses parents, de sorte que pour produire le type de chevaux qui sont de véritables miniatures, il est nécessaire de faire emploi des juments les plus petites. Le croisement se fait toujours entre étalon miniature et une jument de taille plus importante.

Le croisement tenté entre un Falabella et un Shire n’a pas vraiment été couronné de succès. J’espérais obtenir un mini-shire avec des pieds larges et des fanons abondants, mais les Falabellas ont des jambes et des pieds si fins que les choses n’ont pas tourné comme je l’avais espéré.

J’ai alors acheté des juments Twin Arabes de la meilleure variété, des Crabets. La jument Arabe mesurait 152 cm et Chico, l’étalon Falabella n’atteignait que 74 cm. La nature est admirable. Lorsque le poulain naquit, il était de la même taille que son père, et même ainsi, il ne pouvait atteindre les mamelles de sa mère qu’en se haussant sur la pointe des pieds. Lui eut-il manqué quelques centimètres, il n’aurait pas pu s’allaiter de lui-même. Mais c’était un étalon, et c’est une jument qu’il nous aurait fallu pour pouvoir poursuivre notre projet de diminution de la taille des descendants. Nous décidâmes de nous concentrer désormais sur les croisements entre Falabellas.

Le Señor Falabella nous avait dit que la période de gestation était plus longue pour ses juments que pour les races ordinaires: “Elle est plus proche de 13 mois que de 11 comme pour la plupart des chevaux et des poneys.” Nous avons constaté qu’il en était ainsi pour “Pepita”, la première de nos juments à mettre bas à Kilverstone, qui avait porté sa pouliche “Evita” 12 mois et demi avant de la mettre au monde. Mais nous pensons que ce phénomène doit être mis en relation avec les conditions climatiques ou autres de l’Argentine car cela ne s’est plus jamais produit par la suite. Les autres juments ont eu une gestation d’une durée normale de 11 mois.

Au moment de leur naissance, les poulains sont adorables. Normalement, leur taille varie entre 41 et 52 cm. Tous les ans, nous avons eu à Kilverstone quatre ou cinq naissances, et les petits mesuraient entre 38 et 41 cm. La plupart des chevaux continuent à grandir jusqu’à ce qu’ils aient cinq ou six ans, mais les Falabellas réalisent 90% de leur croissance durant leur première année de vie.Quand ils ont trois ans, ils atteignent leur taille d’adulte. La plupart des poulains et des jeunes pouliches naissent en avril, mai et juin, aussi le début de 1’été est-il un moment idéal pour les voir s’ébattre et jouer avec leurs mères dans leurs enclos. Bien entendu, les Falabellas sont trop petits et trop délicats pour pouvoir être montés. D’après le Señor Falabella, leur squelette diffère aussi de celui des autres chevaux en ce qu’ils auraient deux côtes et deux vertèbres de moins. Ils peuvent toutefois être attelés à de légers attelages et tirer un adulte ou quelques petits enfants.

Spectacles de Saut

À mes yeux, l’un de leurs traits les plus attirants réside dans leur caractère avenant et dans leur grande intelligence. Ils sont affectueux, ils apprennent facilement et ils apprécient la compagnie des humains. Ceux qui prenaient part aux spectacles donnés dans notre réserve naturelle, tels que l’entraînement au saut, le faisaient avec un plaisir évident. Par exemple, s’ils paissaient dans le pré où se déroulaient les démonstrations de saut, ils sautaient de leur côté, juste pour le plaisir.

Une fois, les jeunes palefrenières sont venues m’avertir qu’elles voulaient faire sauter Prudence, mais que sa petite pouliche, Samantha, était tellement petite qu’elle risquait de filer par dessous les barrières si elle accompagnait sa mère. Je leur ai dit d’amener la mère et que je tiendrais Samantha au milieu du pré de sorte qu’elle pourrait la voir sauter. Mais Samantha ne l’entendait pas de cette oreille et n’allait pas se contenter de rester spectatrice. Elle voulait faire comme maman et sauter aussi. C’est ce qu’elle a fait, et lorsqu’elle est arrivée devant un ou deux obstacles trop élevés pour elle, elle les a juste contournés à toute allure et rejoint sa mère pour les sauts suivants. Leur capacité en saut est remarquable, et si l’on tient compte de leur petite taille et que l’on échelonne leurs performances en fonction de celle-ci, on se rend compte qu’ils dépassent de loin les meilleurs champions de saut et de crosscountry de taille normale.

On me demande souvent à quoi bon élever d’aussi petits chevaux que l’on ne peut ni monter ni utiliser pour le moindre travail. D’une certaine manière, le fait de poser une telle question suggère que celui qui la pose n’a qu’une compréhension très limitée du plaisir que l’on trouve à avoir des animaux. Je serais tenté de répondre : « Ils sont très bons à aimer ! » . Ce sont de merveilleux compagnons, ils sont très affectueux et gentils et ce sont également de très bonnes tondeuses à gazon, les seules que je n’aie jamais réussi à mettre en marche!

Pour moi, ils sont fascinants, ils constituent une part unique de notre patrimoine animal, que l’on devrait préserver et apprécier au même titre que la Nature, que nos œuvres d’art et nos monuments historiques. Il est vrai qu’il existe aussi des considérations d’ordre pratique. Je connais bien des gens qui ont fait du cheval toute leur vie, mais qui ne peuvent plus faire face à tout le travail que représente l’entretien d’un cheval normal, et qui préfèrent maintenant se contenter d’un cheval miniature. Ceux-ci apportent autant de plaisir et d’affection que leurs grands cousins mais il est plus facile de s’en occuper, de les nourrir, et de vivre avec eux. Ce sont d’excellents compagnons . Toutefois, je dois reconnaître que, comme ce sont les chevaux les plus rares du monde, ils coûtent très cher .

 

Un mot d’ avertissement

Nous recevons constamment des lettres de gens qui nous disent: « Je viens d’acheter un Falabella et… ». La vérité est qu’il n’en est rien. On leur a affirmé que c’en était, ou bien, parce qu’il était petit, ils l’ont cru. Mais, comme je le leur dis, peu importe la taille, qu’il s’agisse d’un Shetland ou de quoi que ce soit d’autre, vous pouvez l’aimer tout autant et en tirer tout autant de plaisir. De même qu’on peut très bien aimer un chiot bâtard autant qu’un chiot dote d’un pédigrée rarissime. Mais ce qui est dommage, c’est que ces gens ont sans aucun doute payé très cher pour leur soi-disant Falabella.

Quand je me suis mis à chercher des Falabellas, je n’ignorais pas qu’il n’y en avait pas en Angleterre et qu’on ne pouvait s’en procurerque chez le Señor Falabella en Argentine. Et là-bas, ils ne constituent pas une race locale comme, par exemple, les Dartmoor, les Exmoor, les New Forest ou les poneys Shetland au Royaume Uni. Ils ne sauraient provenir que de la famille Falabella en Argentine, qui est la seule à les avoir élevés et qui, comme je l’ai déjà mentionné, est très peu disposée à se séparer de reproducteurs, mâle ou femelle.

Aussi, lorsque j’ai commencé à en chercher, toutes sortes de gens m’ont vendu toutes sortes de petits Shetlands, prétendant que c’étaient des Falabellas. Quand je demandais quand et comment ils étaient arrivé d’Argentine, ils me racontaient toutes sortes d’histoires abracadabrantes, ils auraient été perdus, volés, ils seraient passés en contrebande, etc. Je suis une personne confiante et assez naïve et je ne tenais pas à mettre leurs paroles en doute. Mais j’ai horreur de voir d’autres personnes “se faire avoir” comme ça m’est arrivé avant que nous nous rendions en Argentine et que nous achetions notre troupeau chez le Señor Falabella .

Je me souviens d’une femme dans le Sussex qui disait qu’elle avait des Falabellas et, quand je lui ai demandé comment elle le savait, elle me dit: “parce qu’ils ont la peau rose autour des talons. “

Mais il se trouve que moi aussi ! Et cet homme dans le Midi, me disant qu’il était si content chaque fois que je passais à la télé avec mes Falabellas car à la suite de chaque émission, il vendait ses Shetlands comme des petits pains. Qu’on les appelle Falabellas ou que le public s’imagine qu’ils en sont, c’est ce que je ne sais pas.

Un homme dans le Surrey a reconnu qu’il avait enregistré quelques poulains de poneys New Forest comme des Falabellas à Gettesburg aux USA. On ne lui demanda pas d’envoyer des photos, de préciser leur taille, ou d’expliquer comment illes avait obtenus en Argentine. Un homme dans le Nord, qui vend des mini-Shetlands à des prix atteignant Euro 35 000 le poney, laisse entendre aux acheteurs potentiels, à ce que m’a dit l’un d’entre eux, que ce sont des Falabellas. II s’agit simplement de gens qui essaient de prendre le train en marche. Un homme en East Anglia a essayé de faire passer une publicité à la télévision pour des Falabellas mais on lui a répondu que non, que nous savons que Lady Fisher est la seule à en posséder dans ce pays.” Le conseil que je donnerai, si l’on vous propose un Falabella, est de demander à voir les coupures de presse du moment où les chevaux sont arrivés d’Argentine. Car c’est de là qu’ils seront venus si ce sont de véritables Falabellas. Et ils sont si rares qu’ils auront sûrement suscité l’intérêt de quelques journalistes, ou bien demandez à voir les documents d’importation. Ou au moins ceux de leurs ascendants.

Enfin, je me suis rendu compte que je n’avais vendu nos Falabellas qu’à des Princes ou des Princesses. Mais on est bien vite à court d’Altesses ! Ils sont partis dans trois Familles Royales aux USA, en Australie, au Moyen-Orient, en Allemagne et en Amérique Centrale.

 

Liste des Prix Etalons:

THE FALABELLA COLLECTION ‘LORD AND LADY FISHER’S HERITAGE’

Seulement quand on achète deux étalons on peut achter une jument; le prix de chaque jument avec un age de moins de 5 ans est de Euro 3.750; le prix pour chaque jument de 5 ans ou plus est de Euro 2.815.

PEGASUS OF KILVERSTONE

Pegasus

Registre Généalogique: IFMHS/Falabella Stamboek
Régistration de Couleur: Leopard Appaloosa
Hauteur: 81 cm
Date de Naissance: 17.05.1984 / Décédé 03.11.2003
Père de beaucoup des Falabellas de GreenWoods.

SAN MIQUEL OF KILVERSTONE

San Miquel

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1035
Régistration de Couleur: Alezan
Hauteur: 76,5 cm
Date de Naissance: 18.03.1985
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: Vendu

BAY RUM OF KILVERSTONE

Bay rum

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1064
Régistration de Couleur: Brun
Hauteur: 86 cm
Date de Naissance: 26.03.1990
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: Vendu

DON PABLITO OF GREENWOODS

DON PABLITO OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1109
Régistration de Couleur: Appaloosa
Hauteur: 79 cm
Date de Naissance: 17.05.1992
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: € 4.500

DON JUAN OF GREENWOODS

DON JUAN OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1111
Régistration de Couleur: Marron
Hauteur: 84 cm
Date de Naissance: 20.07.1992
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: Vendu

TRISTAN OF GREENWOODS

TRISTAN OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1161
Régistration de Couleur: Brun
Hauteur: 85,5 cm
Date de Naissance: 15.05.1994
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: Vendu

DON CARLOS OF GREENWOODS

DON CARLOS OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1239
Régistration de Couleur: Noir & Blanc Appaloosa
Hauteur:  
Date de Naissance: 28.05.1999
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: € 6.750

DON OLIVIER OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1311
Régistration de Couleur: Noir
Hauteur:  
Date de Naissance: 14.06.2000
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: € 2.700

DON ARISTOTELES OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1310
Régistration de Couleur: Noir
Hauteur: 85,5 cm
Date de Naissance: 17.05.2001
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: € 4.750

DON ALBERTO OF GREENWOODS

DON ALBERTO OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1307
Régistration de Couleur: Noir
Hauteur:  
Date de Naissance: 07.06.2002
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: € 2.850

DON PAOLO OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1305
Régistration de Couleur: Creme
Hauteur:  
Date de Naissance: 02.05.2003
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: € 4.750

DON GINO OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1306
Régistration de Couleur: Noir
Hauteur: 85,5 cm
Date de Naissance: 04.05.2003
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: € 2.950

DON FRANCO OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1301
Régistration de Couleur: Alezan
Hauteur:  
Date de Naissance: 24.05.2003
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: € 2.950

DON NIKOLAI OF GREENWOODS

Registre Généalogique: IFMHS Nbr 1391
Régistration de Couleur: Noir & blanc Appaloosa
Hauteur:  
Date de Naissance: januari 2006
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud NL
Prix: € 15.000

 

Liste des Prix Juments:

THIMBLE OF KILVERSTONE

Régistre Généalogique: IFMHS Nbr 1017
Régistration de Couleur: Marron
Hauteur: 83 cm
Date de Naissance: 21.05.1983
Localisation actuelle:Propriétaire Stud FR:Stud FR
Prix: Vendu

ANGELICA OF KILVERSTONE

Régistre Généalogique: IFMHS Nbr 1022
Régistration de Couleur: Palomino / Blanc
Hauteur: 72 cm
Date de Naissance: 31.05.1985
Localisation actuelle:Propriétaire Stud FR:Stud FR
Prix: Vendu

TIERRA DEL FUEGO

Régistre Généalogique: IFMHS Nbr 1029
Régistration de Couleur: Marron
Hauteur: 86 cm
Date de Naissance: 31.05.1986
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud FR
Prix: Vendu

ALEXANDRA OF GREENWOODS

Régistre Généalogique: IFMHS Nbr 1299 (temp)
Régistration de Couleur: Noir
Hauteur: 88 cm
Date de Naissance: 21.06.2000
Localisation actuelle:Propriétaire Stud FR:Stud FR
Prix: Vendu

FREDERICA OF GREENWOODS

Régistre Généalogique: IFMHS Nbr 1300 (temp)
Régistration de Couleur: Noir
Hauteur: Encore trop jeune
Date de Naissance: 10.07.2001
Localisation actuelle: Propriétaire
Stud FR: Stud FR
Prix: Vendu

RENATE OF GREENWOODS

Régistre Généalogique: IFMHS Nbr 1303
Régistration de Couleur: Bai
Hauteur: Encore trop jeune
Date de Naissance: 10.04.2003
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud FR
Prix: Vendu

MAXIMA OF GREENWOODS

Régistre Généalogique: IFMHS Nbr 1302
Régistration de Couleur: Bai
Hauteur: Encore trop jeune
Date de Naissance: 06.05.2003
Localisation actuelle:Propriétaire Stud NL:Stud FR
Prix: Vendu